MAX HENRI DIAI (SGA de l’URD)
MAX HENRI DIAI (SGA de l’URD)
(Agence de presse panafricaine) -Participant actif aux travaux du dialogue politique entre le gouvernement et les partis politiques l’opposition, Max Henri DIAI, Secrétaire Général Adjoint de l’Union Républicaine pour la Démocratie (URD) reste persuadé que ce dialogue initié par le gouvernement est la voie idéale pour un retour définitif de la Paix en Côte d’Ivoire, malgré les quelques points de divergence qui demeurent encore. Faisant une analyse de ses travaux, Max Henri DIAI en a profité pour rendre un hommage au Premier Ministre Hamed Bakayoko pour sa disposition à offrir la paix comme cadeau de nouvel an à la Côte d’Ivoire.
(App) -Vous avez pris part aux travaux du dialogue politique entre le gouvernement ivoirien et l’opposition. D’abord vos impressions à la sortie de ces assises ?
Max Henri DIAI : Le Dialogue Politique demandé par l’opposition et initié par le gouvernement dont les travaux se sont déroulés du 21 au 29 décembre 2020, à suscité beaucoup d’espoir en nous. Ce dialogue nous a permis d’examiner  toutes les revendications de l’opposition  et celui des problèmes qui minent notre pays depuis l’annonce de la candidature à un 3e mandat du Président Ouattara. Des travaux d’ouverture du dialogue, jusqu’à la production du rapport final, tout s’est bien déroulé. Le discours d’ouverture du Premier Ministre Hamed Bakayoko était apaisant et le bon ton a été de mise. Le Premier Ministre a lancé un appel fédérateur à tous les participants, il a prononcé un discours qui appelle à la confiance et il nous a donné le gage du Gouvernement de bien œuvrer afin de ramener la Paix dans notre pays. C’est dans cet esprit que se sont déroulées ces assises.
(App) -Vous qui étiez au cœur des débats, dans quelle atmosphère se sont-ils déroulés ?
MHD : Le Dialogue Politique s’est déroulé dans une atmosphère conviviale. Nous devons briser le mur de la méfiance et essayer de penser à la Côte d’Ivoire. Merci au Président des séances du DP, Merci M. Le Premier Ministre de faire ce geste d’apaisement en libérant le premier ministre et président du Front Populaire Ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan.
Quels ont été points saillants de ces travaux ?
MHD : La commission Electorale Indépendante, dans ses compositions centrale, comme locales, et les futures élections ont été au cœur des débats lors des travaux du dialogue politique. Ainsi plusieurs points ont été abordés. Il s’agit de la présence de la société civile dans les Commissions Electorales Locales(CEL), l’élargissement de la Commission Electorale Indépendante (CEI) centrale aux partis politiques importants, la proportionnelle intégrale dans les circonscriptions à plus de 2 sièges, l’équilibre de la gouvernance des Commission Electorales Locales, l’amélioration de la gouvernance des CEL. Pour les cartes d’électeur, la nécessité de la présence de la photo de l’électeur sur la liste électorale publiée. L’octroi d’une valeur probante aux procès verbaux (pv). Le financement des candidats, le retour des partis politiques qui avaient suspendu leur participation dans la CEI centrale; la meilleure sécurisation des législatives, le déroulement des élections dans la deuxième quinzaine du mois de mars 2021, c’est-à-dire le report des élections; la révision de la liste électorale; l’absence des partis politiques dans la CEI centrale étaient les autres sujets abordés.
 (App) -Y a-t-il eu des points d’accord, si oui lesquels ?
 
MHD : A l’issue des discussions, il a été noté ce qui suit plusieurs points d’accords ont été observés. Ce sont entre autre l’élargissement de la CEI centrale aux partis politiques importants, l’équilibre de la gouvernance des CEL, l’amélioration de la gouvernance des CEL, la présence de la photo de l’électeur sur la liste électorale publiée, l’octroi d’une valeur probante aux procès verbaux, la sécurisation  améliorée des législatives, le financement des candidats et le retour des partis politiques qui avaient suspendus leur participation  dans la CEI centrale.
Quels ont été les grands sujets de divergence ?
MHD : Évidemment comme il fallait s’y attendre, plusieurs sujets ont fait l’objet de divergence. La proportionnelle intégrale dans les circonscriptions à plus de 2 sièges, le déroulement de l’élection dans la deuxième quinzaine du mois mars 2021 (le report des législatives); la présence de la société civile dans les CEL; la révision de la liste électorale et l’absence des partis politiques dans les CEI centrales restent des points de divergence pour lesquels nous devons poursuivre les pourparlers. Cependant, il est à noter qu’il ne s’est pas agit de points d’accord ni de points de divergence, ce que nous aurions aimé voir, car nous sommes un peu habitué à cette méthode de travail. Mais hélas ! Grande fut notre stupéfaction de constater que  la synthèse du lundi 28 décembre ne faisait aucunement mention de ces deux types de résultats de nos travaux. Nos suspicions ont commencé à ce stade des discussions
 (App) Quel commentaire faites vous de la non signature du rapport final par la coalition des plateformes et partis politiques de l’opposition ?
MHD : L’opposition, la plate forme de l’opposition n’a pas refusé de signer le rapport final du Dialogue politique. Nous avons juste demandé au Premier Ministre Hamed Bakayoko de donner le temps aux présidents Bédié, Gabgbo et Ouattara de se parler relativement aux points d’achoppement nous concernant. Le Dialogue s’est déroulé dans une ambiance et une atmosphère conviviales et bon enfant mais le rapport final que nous avons reçu ne nous satisfaisait pas totalement, quelques revendications importantes dont nous avons parlé en plénière n’avaient pas été prises en compte d’où notre inquiétude. A mon humble avis, bientôt nous passerons à la signature de ce rapport final car le Premier Ministre Hamed Bakayoko est dans de bonnes dispositions à aller à la réconciliation et à la paix. Je voudrais profiter encore de cette lucarne pour le remercier et le féliciter pour tous ces gestes d’apaisement qu’il entreprend au nom de la Paix dans notre pays.
(App) -Votre mot de fin
MHD : Nous voulons ici rassurer nos militant et les populations ivoiriennes que nous ne sommes pas allés au dialogue par faiblesse, mais plutôt par souci de sauver notre pays en ramenant le pouvoir RHDP à respecter notre constitution afin qu’une paix durable puisse s’installer. Nous ne trahirons jamais la mémoire de ceux qui sont morts pour la démocratie et pour le respect de notre Constitution. Je souhaite aussi une bonne et heureuse année 2021 à toutes et à tous. Et que la Paix puisse enfin visiter notre pays.
Interview réalisée par
 
Eugène YOBOUET (cp) pour (App) Côte d’Ivoire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here