gabon
Hon Serge Maurice Mabiala

(Agence de presse panafricaine) -Une énième modification de la constitution gabonaise a été adopté en conseil des ministres le vendredi 18 décembre 2020, et depuis cette annonce les acteurs politiques de tout bord et la société ne cessent de commenter comme ils peuvent cette situation.

 

 

 

Ce second septennat d’Ali Bongo Ondimba connaît divers revers au plan constitutionnel. En moins de deux ans, la constitution gabonaise a été modifiée à plusieurs reprises et toutes ces propositions de modification de loi ne sont pas passées par voie référendaire, tout  est voté comme une lettre à la poste par les deux chambres du parlement qui sont largement  du pouvoir. La modification de l’article  26 articles adopté en conseil des ministres qui entend désormais consacrer l’impunité du président de la République une fois la cessation de ses fonctions, donner le pouvoir à celui-ci de nommer des sénateurs ou encore de confier le pays à un trio composé des présidents des deux chambres et du ministre de la Défense nationale en cas de vacance de pouvoir. cette réécriture de cet article de la constitution est venue à nouveau mettre du cirage au climat amaurose que vit le paysage politique gabonais depuis 2016, depuis vendredi les déclarations se font à travers le monde. ce matin, pendant que le premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda était devant la commission des lois de l’Assemblée nationale pour soumettre le projet de révision controversé de la Constitution, les députés de l’opposition ont courageusement décidé de manifester munis de leur écharpe Devant leur hémicycle provisoire avec une banderole brandie, une manière pour eux de faire savoir au monde entier des manœuvres anti-démocratiques du pouvoir d’Ali Bongo. «  Ce qui se passe au Gabon ces dernières années devient une honte, nous avons un pays avec une bonne constitution, mais pour des intérêts personnels, certains se permettent de torpiller cette constitution sans tenir compte de l’avis de la population. Je vous le dis, même les plus jeunes nations ne peuvent pratiquer cette attitude du pouvoir en place » .a déclaré Serge Maurice Mabiala, porte-parole des députés manifestants.

gabon
les députés de l’opposition ont courageusement décidé de manifester munis de leur écharpe

Le porte-parole a ajouté : « Nous disons non à la modification de la constitution. Nous n’accepterons pas cette énième modification ». Les opposants au texte disent s’étonner et que le “projet n’ait pas été soumis à l’approbation du peuple gabonais par la procédure référendaire . Au cours du conseil des ministres du vendredi 18 décembre 2020, c’est plus d’une dizaine d’articles de la constitution qui ont été mis en proposition de modification, selon une source digne de foi ces lois doivent être validées par le parlement avant la nouvelle année.

 

 

Ulrich Corso Sima Ella correspondant (App) Gabon

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here