Gabon-Médias
Elmut Moutchinga Boulinga

(Agence de presse panafricaine) -Les agents de l’agence gabonaise de presse (AGP) réunis au sein du syndicat syprocom/AGP en grève depuis le vendredi 16 décembre 2020, sont remontés suite à un communiqué diffusé le même jour en soirée à  Gabon télévision et radio Gabon où l’administrateur directeur général de cette institution remerciait les agents pour le compromis trouvé avec les grévistes. Ils l’ont exprimé lors de l’assemblée générale organisée au lendemain de la diffusion dudit communiqué.

 

 

 

Rien ne semble aller entre Elmut Moutchinga Boulingui administrateur directeur de l’AGP et ses agents en grève, qui réclament seize mois de salaires impayés pour les agents contractuels et dix-sept mois de primes impayées pour les fonctionnaires. Selon les agents grévistes, après l’obtention du paiement de la prime de redevance audiovisuelle et cinématographique qui n’est pas un point crucial du cahier de charge en discussion, le patron de l’AGP a voulu profiter du dit paiement et  du sursoit du syndicat qui a décidé de suspendre le service minimum afin de sauver l’image de l’AGP en procédant à la continuité de la production de l’Hebdomadaire Gabon Matin dans son entièreté, pour tromper et dérouter les autorités et l’opinion publique à travers un communiqué signé de lui et diffusé dans les chaînes publiques gabonaise, alors qu’une nouvelle séance de travail était prévue le lundi 21 décembre 2020. Pour les grévistes, cette attitude aberrante du directeur général, vient à nouveau démontrer son manque d’implication croustilleux à la résolution des problèmes des agents, oubliant lui-même qu’il  est d’abord journaliste au départ, dont il est mieux placé pour connaître les difficultés que connaissent les professionnels de la presse.

 

Collusion avec le gouvernement

 

Ce crapuleux geste d’Elmut Moutchinga Boulingui vient s’ajouter à d’autres, prouve que ce dernier a complètement abandonné ces agents qui tirent le diable par la queue et qui font des efforts pour produire le journal chaque semaine, comme le témoigne ici un journaliste de ce média «c’est scandaleux et désastreux ce que fait le DG, on a l’impression qu’il ne compatit pas à notre souffrance, certains d’entre nous sont des locataires et doivent plusieurs mois de loyer à leurs bailleurs. Le mois dernier, la majorité des agents avait refusé d’assister à la cérémonie organisée par la direction à l’occasion du cinquante quatrième anniversaire de notre boîte, parce qu’on ne peut accepter d’aller danser et boire pendant que nous n’arrivons pas à faire la rentrée scolaire à nos enfants, nous n’arrivons pas à payer les loyers». En effet, lors de l’AG du samedi 19 décembre, l’ensemble des agents de l’AGP ont voté à l’unanimité la poursuite de la grève en attendant de nouveaux pourparlers sincères entre le directoire, le syndicat et le gouvernement gabonais.

 

Gabon-Médias
syndicat syprocom/AGP en grève depuis le vendredi 16 décembre 2020

Mais le service minimum sera assuré pour la production de l’hebdomadaire et si une résolution n’est pas trouvée pour les points suivants : le paiement intégral de la RAC, le paiement intégral des arriérés de salaires et de primes, la mise à disposition de tous les moyens roulants affectés à l’AGP et la lisibilité des contrats des agents ; les grévistes durciront la grève en suspendant la production du journal.  Des préalables jusqu’ici non satisfaits et contre lesquels semble s’ériger aujourd’hui le Dg de l’AGP, attestant de fait quelque collusion avec le même gouvernement qui crie bien évidemment à des restrictions budgétaires inhérentes à la crise financière engendrée aussi bien par la dégradation des recettes publiques que les effets socioéconomiques induits engendrés par la covid-19.

 

 

 

Ulrich Corso SIMA ELLA  correspondant (App) Gabon

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here