Gabon-Mimétisme dynamique
journée diplomatique culturelle

(Agence de presse panafricaine) -L’Ong Passerelle et le mouvement Coopération Russie Afrique Chine (CRAC) en collaboration avec le ministère de la Culture et le ministère des affaires étrangères ont organisé le samedi 19 décembre 2020 une journée diplomatique culturelle qui avait pour thème ”développement d’une industrie culturelle au Gabon avec le modèle Russie et chinois” ; journée à laquelle prenaient part les différents acteurs culturels et les représentants du ministère en charge de la culture.

 

 

 

Dans son discours d’ouverture, le président du comité d’organisation Richard Mve a sollicité de la tutelle, un soutien permanent pour les acteurs culturels afin de travailler et de s’inspirer de la Chine et de la Russie pour que le Gabon arrive à constituer quelque chose d’unique qui permettrait d’identifier le pays à travers le monde et qui pourrait être un pool économique pour le pays. Cette journée culturelle a connu un véritable succès, avec un thème qui a intéressé l’ensemble des participants et qui a été bien développé par les conférenciers chacun dans son élément ;  Meya’a, ingénieur culturel au Ministère de la culture, Rodriguez, présentateur télé et président de l’Association OMANDA, Venant Zue Etougou, président de l’ONG Génération Ekang,  Ndakissa enseignant-chercheur au Département d’Histoire et Archéologie de l’Université Omar Bongo,  Armis Owono Mvé, communicant et responsable du Média en ligne La République ainsi que l’intervention par visioconférence depuis la France de Eya Zang Jean Bertrand.

journée diplomatique culturelle
journée diplomatique culturelle

Selon ces conférenciers, pour faire une science, il faut un langage, les autorités n’ont pas pensé à mettre en valeur nos langues et ceci impacte même le système scolaire. Pour ce faire, un accent a été mis sur le numérique qui devient aujourd’hui la première industrie de la promotion. Pour eux, il faut développer un écosystème indigène dans notre pays car la culture peut faire améliorer le système éducatif surtout l’amélioration des résultats en utilisant la langue à l’école, et cela permettrait d’empêcher que le Gabon ne soit un terrain libre pour les cultures d’ailleurs.

 

Œuvrer pour la singularisation du Gabon

 

Ils ont conclu en appelant les acteurs culturels à plus d’efforts pour arriver à un point très important, celui de faire du Gabon une référence culturelle. Le ministère de la culture et des affaires étrangères sont pour eux un maillon qui doit permettre de mieux ventre la culture gabonaise à l’extérieur comme le fait les pays en pris en modèle, et que les autorités doivent comprendre que, C’est l’industrie culturelle qui fera vendre le culturelle gabonaise qui est une véritable valeur ajoutée en mettant en place une véritable politique. A ce titre, les acteurs culturels très critiques envers le ministre de la Culture tout au long des échanges, ont décidé de mettre en place une cellule de réflexion qui s’appuiera sur les enseignements tirés de ladite conférence diplomatique pour permettre de mieux appréhender les voies et moyens qui pourront permettre de bien avancer afin d’œuvrer pour l’avènement d’une industrie culturelle. Ils ont d’ailleurs sollicité des deux principaux organisateurs de continuer ce genre d’initiative, et de les accompagner dans la lutte grâce à la politique qu’ils véhiculent. Le rendez-vous est pris pour l’année prochaine pour une nouvelle journée diplomatique culturelle qui aura un autre thème et qui s’inspirerait toujours de la Russie et de la chine deux nations qui ne sont pas un choix fortuit et qui ont d’ores déjà accepté d’accompagner le mouvement CRAC et ONG Passerelle pour d’autres initiatives.

 

 

Ulrich Corso Sima Ella  correspondant (App) Gabon

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here