Le Covid-Organics
Le Covid-Organics

(Agence de presse panafricaine) -Détecté en décembre 2019 en Chine, notamment dans la région de Wuhan, le premier cas de pandémie grippale mondiale baptisée Coronavirus s’est fait connaître chez les populations du troisième âge. À l’exemple du SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère lié au Coronavirus) et  MERS-CoV (Coronavirus du Syndrome Respiratoire du Moyen-Orient) qui ont sévi mortellement dans plusieurs pays au début des années 2000, le nouveau « Coronavirus » ressemble à une couronne au microscope d’où sa terminologie. Ce virus a été baptisé scientifiquement « Covid-19 » par l’OMS, soit « Co » pour « Corona », « vi » pour « virus », « d » comme « disease » qui signifie maladie en anglais et « 19 » pour caractériser l’année d’apparition.

 

 

 

Avec une vitesse de propagation qui fait dire aux experts de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) que « le Coronavirus est la pandémie la plus dévastatrice du vingt-unième siècle », le confinement général des populations n’a jamais été autant recommandé par une précédente pandémie. Face à cette situation, plusieurs Etats ont axé leurs budgets dans la création d’un vaccin efficace pour pallier le nombre croissant des cas infectés et des décès. C’est ainsi qu’en décembre 2020, soit juste un an depuis la détection de la pandémie du coronavirus, un premier vaccin a été créé et utilisé par l’industrie pharmaceutique américaine Pfizer et l’industrie pharmaceutique allemande BioNTech, dont le taux d’efficacité devrait être situé entre 80 et 90%. L’utilisation de ce vaccin sur l’être humain a permis une campagne de vaccination de masse aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, dont l’Union Européenne a prévu lancer sa campagne de vaccination dès le 27 décembre 2020. Toutefois, plusieurs autres vaccins ont vu le jour ou sont en phase de création, mais le vaccin Pfizer-BioNTech fait toujours l’unanimité internationale malgré qu’aucun cas de guérisons ne soit déclaré aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

 

 

Pourtant, depuis le 20 avril 2020, le Président de la République de Madagascar le nommé Andry RAJOELINA avait axé les priorités budgétaires de l’Etat dans la riposte pour prévenir et de guérir contre le Coronavirus. Et il a fini par trouver en un temps record le premier remède mondial baptisé Covid-Organics (CVO) sur la base d’une décoction des plantes médicinales locales puis vient la nouvelle version améliorée d’octobre 2020 baptisée Covid-Organics + (CVO +) sur la base des gélules produites sous protocole pharmaceutique. Ainsi, malgré une distribution gratuite aux compatriotes malgaches les plus vulnérables et commercialisé à très bas prix dans plusieurs Etats africains dont tous les bénéfices sont reversés à l’IMRA (Institut Malgache de Recherche Appliquée, l’OMS affirma qu’ « il n’existe pas de preuve scientifique que le remède de Madagascar contre le Covid-19 soit efficace ». Aussi, qu’est ce qui empêche à l’OMS d’effectuer des tests cliniques du Covid-Organics pourtant réclamer sans relâche par le Président Malgache depuis le 20 avril 2020, soit des mois avant la mise sur le marché du  vaccin Pfizer-BioNTech et dont la rapidité de création fait douter plusieurs scientifiques et pharmacologues ?

Dès lors, qu’est-ce que le Covid-Organics ?

 

 

Il est produit à partir de la plante Artémisia (à hauteur de 62%), la source d’une molécule utilisée dans le traitement contre le paludisme, et d’autres plantes médicinales malgaches. Il est commercialisé en bouteille et en tisane, qui donne des résultats en seulement sept (7) jours. Après l’avoir été testé publiquement, le Président Malgache affirma « l’efficacité du remède à titre préventif et curatif avec 121 cas de coronavirus pour aucun décès en avril 2020 », dont plusieurs homologues chefs d’Etats africains félicitaient le remède traditionnel amélioré malgache en tête desquels le Président Félix TSHISEKEDI de la République Démocratique du Congo le 22 avril 2020.

 

 

De l’avis des détracteurs du Covid-Organics, la distribution et la commercialisation du traitement malgache contre le coronavirus sans véritables tests cliniques sont dangereuses pour la santé des populations. Premièrement, certaines personnes vont prendre le remède alors qu’elles ne devraient pas. Et deuxièmement, cela donnera aux gens un faux sentiment de sécurité, de sorte qu’ils finiront par ne plus respecter les mesures barrières fort de leur sentiment d’immunité. En effet, si le virus venait à être propagé il serait très ‘’dévastateur’’ car, le système de santé du pays reste défaillant. Ainsi, la position du Président Malgache pourrait causer plus de tort que de bien aux citoyens malgaches dans la lutte idéologique pour la reconnaissance scientifique du Covid-Organics.

 

In fine, le Covid-Organics (CVO) et le Covid-Organics + (CVO +) n’ont toujours pas permis la non saturation des hôpitaux de Madagascar tandis que le Président de la République continue de faire la promotion d’un produit non homologué qui, selon lui, peut guérir la maladie malgré la mise en garde de l’OMS contre l’utilisation de remèdes non testés scientifiquement

 

 

Dr. Franck Elmer ESSONO EDOH

Sociologue, Coach, Conférencier & Formateur

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here